Association agréée
Fédération Française d'Aïkido et de Budo

« En s’imprégnant des méthodes de “préservation de la vie”, on acquiert confiance en soi et tranquillité et l’on parvient à la paix de l’esprit en même temps que se développent la volonté d’entreprendre, la persévérance et le sens de l’organisation »
Senseï Tamura

Aïkido : Un Art martial pour tous

Par rapport aux autres arts martiaux (judo, karaté etc.) la différence la plus visible est l’absence de compétition.

En d’autre terme on peut dire que l’aïkido n’est pas un sport dans le sens où nous ne recherchons pas la performance ni la compétition.

La notion de force ne s’exprime pas en aïkido par des exploits physiques mais par une utilisation optimale des qualités énergétiques disponibles : il n’y a pas obstacle à la pratique quelque soit l’âge sauf contre indication médicale sérieuse. S’il n’y a pas de limite d’âge supérieure, la limite inférieure généralement admise est de 7 ans. Les adolescents et les adultes pratiquent ensembles, sans catégorie de niveau.

Il s’agit néanmoins d’un art martial, donc potentiellement dangereux s’il n’est pas pratiqué correctement. Il convient donc de choisir son dojo avec soin.

AïKi (合氣) exprime une idée d’efficacité, un concept d’union, d’harmonie, d’assemblage comme pourrait l’évoquer une charpente constituée par le corps (muscles, tendons, os), la respiration, le psychisme et le mental.

Des prolongements positifs dans la vie quotidienne.

Pour une majorité d’aïkidokas les principes de l’aïkido trouvent écho dans leur vie quotidienne et professionnelle meilleure gestion de situations conflictuelles, aisance relationnelle, confiance en soi, concentration.

« On ne peut rien apprendre aux gens. On peut seulement les aider à découvrir qu’ils possèdent déjà en eux tout ce qui est à apprendre. »
Galilé

D’autres trouveront dans la pratique un exutoire aux stress quotidiens. Les fréquents changements de niveau, debout-sol, vont renforcer la ceinture pelvienne et les membres inférieurs.Les différents mouvements mettent souvent en jeu les articulations : progressivement l’aïkidoka augmente ses amplitudes articulaires, en particulier au niveau des épaules, des poignets et des chevilles.

Dans tous les cas, que la technique soit subie ou effectuée, l’objectif sera de mettre tous les segments du corps dans le même sens ( dos droit,...) ce qui aura des prolongements positifs dans la vie quotidienne : correction de mauvaises postures souvent à l’origine de mal de dos.

La diversité des situations proposées, la réalisation des mouvements tant à droite qu’à gauche, vont favoriser la coordination, la perception du corps dans l’espace, et vont principalement chez l’enfant stimuler le développement psychomoteur.

Une séance d’entrainement
“L’entraînement doit toujours se dérouler dans une atmosphère agréable et conviviale.”
(Un des six préceptes pour la pratique de l’aïkido. Maître UESHIBA en 1935)

Une séance comprend trois phases :

Une phase de préparation.

Cette phase est une préparation et non simplement échauffement. Son rôle est de préparer le corps à une activité musculaire mais aussi et surtout de se préparer psychologiquement à une discipline aux caractéristiques martiales. On y trouve des mouvements ayant une signification particulière dans la culture japonaise et chinoise : respiration et étirements.

Une phase de travail des techniques.

Une phase retour au calme : massages, étirements.

La pratique martiale est un moyen de préserver sa santé. Son étude invite à s’intéresser à des pratiques orientales traditionnellement associées aux arts martiaux : Kwatsu (ramener à la vie), Seifuku (manipulations, kinésithérapie), Shiatsu (massage japonais), techniques respiratoires, etc.

Aïkido : techniques et principes

La violence domestiquée

Dans la pratique de l’Aïkido on ne se trouve pas confronté face à un adversaire : “Tori” absorbe l’attaque et utilise la force du partenaire appelé “aïté”. Il n’y a pas de cours réservé aux débutants, le plus expérimenté va, lorsqu’il attaque, guider le néophyte dans la bonne direction et, lorsqu’il effectue la technique contrôler ses gestes afin de préserver l’intégrité physique de son partenaire.

Le fondateur de l’Aïkido a adapté des techniques martiales dangereuses ou traumatisantes lorsqu’elles sont appliquées avec le désir de vaincre afin que les mouvements puissent être réalisés en un seul mouvement, jusqu’à leur terme, sans retenue et sans danger.

A tout moment l’aïkidoka pourrait redonner à la technique son efficacité martiale primaire.

Les techniques d’Aïkido

On peut pratiquer à mains nues avec un ou plusieurs adversaires armé(s) ou non d’un Boken (sabre en bois), d’un Jo (bâton) ou d’un Tanto (couteau en bois), les deux partenaires pouvant être debout, à genoux ou encore l’un debout et l’autre à genoux.

Les attaquent consistent en des saisies (poignets, coudes, épaules, revers, etc.), ou des attaques plus dynamiques (coup de poings, de pieds ou encore avec le tranchant de la main). Les techniques ont pour finalité des projections, des contrôles ou des immobilisations.

Texte issu du site AT-DA

« La perfection est atteinte non quand il ne reste rien à ajouter, mais quand il ne reste rien à enlever. »
Antoine de Saint-Exupéry